samedi 3 novembre 2012

Ferme Otapawa, Wairarapa

Apres une semaine memorable au soleil, j'ai du troquer mes pieds nus et maillot de bain contre des bottes et un bleu de travail ! J'ai decide de passer quelques semaines au vert pour vivre une experience qui me tenait a coeur : travailler dans une ferme de moutons en pleine campagne Neo-Zelandaise.

C'est donc dans la region de Wairapara, au sud de l'ile nord, que j'ai pose mon sac. A quarante-cinq minutes de la premiere ville, Otapawa est une ferme familiale depuis au moins trois generations. Deux freres s'occupent de l'exploitation dont les terres recouvrent une superficie de 9 000 acres, soit plus de 3 600 hectares. Ici, pas de plateaux et de parcelles plates comme chez nous, mais de belles collines bien vertes. Le site est fabuleux et accueille plus de 15 000 moutons, 1 500 boeufs, rien que ca !

Le deal est le suivant : huit heures de travail par jour, loge, nourri et une petite paie. Je partage une maison a disposition des ouvriers avec Federico, un Uruguayen, et Ines, une Allemande. L'ambiance est sympathique et les proprietaires d'une grande gentillesse. Il y a beaucoup de travail en ce moment avec les agneaux.

Le premier jour, nous partons tous les trois sur le quad a travers les champs et collines avec le proprietaire pour rejoindre le site de torture. Avec l'assistance des chiens, qui connaissent bien leur job, nous regroupons les moutons dans les paddocks (parcs clotures). Ces derniers sont tries : agneaux a droite, laitiers tout droit, et le reste a gauche. Je parle de torture car les agneaux passent un a un sur une table a roulettes pour se faire percer les oreilles afin de les identifier (les deux pour les femelles et celle de gauche uniquement pour les males), mettre un anneau autour de la bourse des males pour garder les testicules remontes et enfin couper leur jolie petite queue !

Pauvres petites betes, certains belent et se debattent, mais nous tachons de faire au plus vite. Je suis assigne en fin de chaine pour nettoyer la coupe de la queue en aspergeant de produit. Je donne aussi un medoc dans la bouche de certain d'entre eux avec un pistolet. La plupart sont tout petits, ca me fait mal de les traiter ainsi, dans le sang, la boue, et avec violence ! Nous comptons les queues decoupees par terre pour le registre : plus de 500 ! Les mains du webdesigner sont recouvertes de boue, sang et crotte... Eh ouais, c'est pas du photoshop dans un bureau chauffe :)

Le seul petit plaisir de la matinee sera de courir apres les agneaux sacrement futes et rapides qui se sont echappes ou ont change de paddock en sautant par dessus la cloture. Et oui, les moutons sont un peu idiots : ils courent dans tous les sens, ont peur pour rien, et foncent dans les clotures pour passer a travers Boum ! Ca fait de la peine a voir et apres une journee on perd tout lien d'affection avec eux (sauf les tous petits). Certains s'allongent en pleine course et ne bougent plus, comme mort ! Les chiens sont fabuleux et sont capables de regrouper le troupeau eparpille. Good job !

Cette premiere matinee annonce le rythme des prochains jours et a voir la fatigue de mes collocs je m'attends a ne pas chomer...

www.otapawa.co.nz
Localiser Otapawa

1 commentaire:

Christine a dit…

Pauvre Frédéric, on ne te voit plus en ligne ... les moutons t'ont-ils complètement usé ?
En tout cas bravo et bon courage pour cette nouvelle expérience !

Enregistrer un commentaire